En passant de l’Ouest à l’Est, le hooliganisme s’est radicalisé

Publié: 21 octobre 2010 dans Hooliganisme, Le hooliganisme en Europe

Si en matière de hooliganisme, le modèle anglais fait encore référence en Europe de l’Ouest, c’est aujourd’hui dans les stades de l’Est que le phénomène se développe dangereusement. Deux mouvements aux origines bien distinctes, comme l’expliquent les universitaires, spécialistes de la question.

Le hooliganisme « historique » à l’anglaise

Comme l’ont démontré certains historiens, la violence des foules sportives a toujours existé. On en retrouve des traces dès la Rome Antique. Les spectacles de gladiateurs pouvaient provoquer de terribles violences dans le public comme en témoigne  Tacite. Des mouvements de foules dans l’amphithéâtre de Pompei ont même vu interdire ces divertissements pendant plus de 10 ans.

Il faut néanmoins attendre les années 60 pour voir le phénomène s’installer dans les stades anglais. Selon Dominique Bodin, maître de conférence à la faculté de sport de Rennes 2, la naissance du hooliganisme en Angleterre est « une conséquence de la modification de l’espace social du stade ». A cette période, ils connaissent une baisse de la fréquentation, explicable par l’arrivée et la démocratisation des sports individuels. Il faut donc attirer un public nouveau et très nombreux : la jeunesse.

Ce public juvénile se regroupe alors dans les « ends », les places les moins chères, à l’extrémité des stades (équivalent des virages français). Ils y importent les sous-cultures adolescentes de l’époque. Skinheads et Punk forment donc ce nouveau public, plus engagé, soutien inconditionnel de l’équipe et importent dans les tribunes le racisme et la violence que généraient leurs groupes.

A partir des années 70, le hooliganisme évolue et devient un phénomène de classe. Le fait de jeunes chômeurs issus de la classe ouvrière que la politique socio-économique du gouvernement Thatcher marginalise. « La violence exprime alors un désir d’existence et de reconnaissance sociale », analyse Dominique Bodin.

Dans la décennie 80, ces groupes se rapprochent des partis d’extrême droite : le British Movement et le National Front. Suite aux déplacements des supporters anglais, et par mimétisme, le hooliganisme se développe dans les autres pays d’Europe de l’Ouest, particulièrement en France, en Belgique et aux Pays-Bas.

A l’Est, un hooliganisme empreint de nationalisme

Comme en Angleterre, les mouvements hooligans d’Europe de l’Est sont également nés dans un climat d’incertitudes économiques et sociales. « Aux espoirs nés de la libéralisation dans les années 90, succèdent les doutes sur le bien-fondé de l’économie libérale et la capacité des dirigeants actuels à assurer un avenir à la jeunesse » expliquent dans un article Dominique Bodin, Luc Robène et Stéphane Héas.

Les mouvements d’extrême droite tentent d’exploiter cette déception. Le stade devient alors une  « caisse de résonance » des revendications politiques et sociales. Mais pas seulement. Émergent également des revendications idéologiques, identitaires et  nationalistes, qui reposent sur des , des préjugés, mais aussi des atrocités que les mémoires, quelques années après les conflits, sont loin d’avoir oubliées. « Les conflits ethniques peuvent ainsi perdurer et prolonger la guerre dans le sport qui devient un terrain idéal pour la construction ou le renforcement des identités nationales », s’alarment les universitaires.

Si ces mouvements hooligans ont comme point commun un terreau économique et social dégradé, le hooliganisme à l’Est se double  d’une dimension nouvelle, nationaliste, qui n’était pas présente en Angleterre. Cependant, au final, le résultat est le même dans les stades : A l’Est comme à l’Ouest, ils deviennent  le théâtre de violences. Bien loin des discours convenus et médiatisés sur les valeurs de respect et d’universalité du sport.

Pauline Pellissier

Publicités
commentaires
  1. […] faut dire que le Royaume-Uni part de loin. Gangrené par la violence des hooligans, le football anglais était montré du doigt dans les années 1970 et au début des années 1980. C’est le 29 mai 1985 que la violence des supporters anglais devient une inquiétude majeure […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s