Coupe Davis : une finale sous haute surveillance

Publié: 21 octobre 2010 dans Prospective

La Serbie accueillera la France pour la finale de la Coupe Davis de tennis, du 3 au 5 décembre à Belgrade. Le dispositif de sécurité devrait être revu à la hausse à la lumière des récentes violences perpétrées par des supporters serbes, lors du match éliminatoire de l’Euro 2012 en Italie.

La Fédération Française de Tennis sera particulièrement attentive aux « à côtés » de la rencontre Serbie-France début décembre. Pour préparer au mieux cette finale, elle s’est associée à l’ambassade de France à Belgrade afin de nommer un « monsieur sécurité » qui travaillera en lien avec le ministère de l’Intérieur serbe. Une unité anti-terroriste sera également dépêchée sur place et les consignes de sécurité dans et aux abords du stade seront très strictes. Les joueurs français seront pour leur part suivis en permanence par trois gardes du corps. Malgré quelques incidents dans le tennis ces dernières années (en 2009 à l’Open d’Australie, des affrontements entre supporters serbes et bosniaques avaient eu lieu), la demi-finale Serbie – République Tchèque mi-septembre s’est déroulée sans incidents.

Peu de Bleus en déplacement

Sur son site internet, l’Association des Supporters des Equipes de France de Tennis (ASEFT) a tenu à rappeler les consignes de sécurité en vigueur, et « incite chaque voyageur à ne pas se vêtir des couleurs tricolores, aux abords du stade et également dans le centre ville de Belgrade ». Les supporters français devront faire profil bas et « montrer un visage déterminé, conquérant, mais avant tout festif, joyeux, fair-play et attirer la sympathie ». La commission animation envisage même de préparer des banderoles, en cyrillique, dans cet esprit (« Que le meilleur gagne », « Merci pour votre accueil » etc.).

Sur les 1700 places allouées (10% du nombre de places de la Belgrade Arena réservé aux supporters français) seulement 800 ont été vendues, dont 300 à l’ASEFT, le club des supporters officiels. Ce nombre illustre-t-il une peur d’un déplacement à risque ou s’agit-il d’un simple problème économique ? La question est posée.

Florence Mazet

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s