Tous les mêmes !

Publié: 22 octobre 2010 dans Hooliganisme, Le billet, Rivalités

C’est toujours le même refrain. Toujours les mêmes confusions. Les stades de football regorgent d’individus violents. Ultras ou hooligans, peu importe. Des bandes d’abrutis en mal de sensations fortes. Non. N’en déplaise aux commentateurs avides de clichés et aux journalistes saturés d’exactitudes, la réalité est tout autre.

A leur décharge, la situation des tribunes serbes est singulière. Les cultures Ultras et hooligans y sont enchevêtrées et les balbutiements de l’histoire récente favorisent une politisation excessive des groupes de supporters. Mais, de grâce, cessons les généralités. Le football et ses déclinaisons sociétales méritent un décryptage pertinent. Comme n’importe quel autre sujet.

Depuis l’émotion suscitée par le drame du Heysel, le stade de Bruxelles où 39 personnes trouvèrent la mort en 1985 suite à des bagarres entre supporters, les médias bégayent avec les termes. Avec désinvolture, lorsque la violence s’invite dans les stades, ils utilisent Ultras et hooligans comme des synonymes. Tant pis. De toute façon, tout le monde s’en moque de ces abrutis.

Soyons clairs ! Le hooligan s’identifie à un club. C’est un adepte de la violence. Son but : provoquer l’affrontement avec les hooligans du club adverse et affirmer sa supériorité dans la rue. L’Ultra, lui aussi, s’identifie à un club. C’est un adepte du tifo, expression italienne qualifiant l’animation d’une tribune. Ses armes : les chants, les gestuelles, les drapeaux et les chorégraphies. Et s’il y a affrontement avec les Ultras du club adverse, c’est une joute folklorique, visuelle et vocale.

Le hooligan est l’enfant du football populaire des villes industrielles du Royaume-Uni et la plaie du football moderne. L’Ultra peut être son avenir. En s’érigeant en syndicats contre l’avènement du football business, les Ultras luttent contre l’augmentation du prix des places et la marchandisation du football. Du moins, si on leur en laisse l’opportunité.

Car, voyez, messieurs les commentateurs, votre arme à vous, c’est de décrypter des réalités pour des lecteurs. En l’occurrence, votre ignorance pousse les instances du football, les pouvoirs publics et les dirigeants de club à mettre, comme vous le faites, tout le monde dans le même panier. Tant pis, de toute façon, ces énergumènes qui peuplent les stades sont tous des abrutis.

Franck Berteau

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s